LE DON DE SANG SUR FOND DE BATAILLE DE REQUINS

samedi 10 juillet 2010
par  Jean Pierre BASSET

Au moment ou les institutions voient en Espagne les plus gros risques de faillite étatique après la Grèce, une société espagnole, GRlFOLS, vient d’acquérir un concurrent US, TELECRlS, pour la somme de 3,3 milliards d’euros. GRlFFOLS devient ainsi le 3eme opérateur mondial dans le « marché » des Médicaments Dérivés du Sang (MDS), autrement dit marchandisation de la santé et commercialisation d’éléments du corps humain sont en plein essor.

Mais, écrit le quotidien financier Les Echos (8/06/1 0), si l’utilisation des produits sanguins a un bel avenir, le « marché » américain est en récession car il s’agit de traitements très coûteux et dans la crise des malades renoncent. Or, si c’est aux USA que GRlFOLS part en conquête, c’est à Barcelone qu’est implantée une usine de « fractionnement » de plasma. A quelques kilomètres de la frontière française !

A la différence des USA, le système de santé français reste solvable grâce à la Sécu et à l’hospitalisation publique. Et l’on pourrait très bien trouver rapidement un 4eme opérateur aux côtés des 3 multinationales qui attaquent le système transfusionnel français qu’approvisionne en MDS éthiques l’établissement public LFB (Laboratoire du Fractionnement et des Biotechnologies).

Au 37ième Congres (13/15 mai 2010 à Tours), le président de la Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole (FFDSB) déclarait : « Le système de transfusion sanguine, élément clé du service de santé publique est menacé (...) par les attaques incessantes et multiformes du secteur profit concurrentiel ». Les 1250 délégués ont unanimement confirmé leur attachement au système éthique, sans profit, et l’autosuffisance nationale.
Dans ce contexte, à la clôture du congres, Mme la Ministre de la Santé s’est fait porte-parole des « principes éthiques fondamentaux (auxquels) notre pays est particulièrement attaché... »

C’est donc en suffoquant que les militants du Don de Sang ont appris - dépêches AFP et APM, Les Echos 23/06/1 0 - que le LFB allait acquérir un groupe autrichien disposant de « 8 centres de collecte » en Autriche et en Tchéquie. Ces deux pays font partie du monde marchand, les prélèvements de plasma y sont rémunérés. Il n’y a pas de donneurs de sang mais des vendeurs, souvent étudiants pauvres trouvant là le moyen de payer leurs études ou des familles défavorisées pour survivre.

Même si le LFB affirme que les médicaments issus de cette acquisition ne pénétreront pas le système français (cela reste a prouver), les donneurs de sang ne cautionneront jamais cette opération. Nous ferons tout pour la faire échouer. L’opinion publique, les élus, le monde médical doivent en être informés
Les valeurs éthiques, la non commercialisation du corps humain ne sont pas discutables, pas négociables !

Il faut savoir que la France, à l’origine de l’éthique des 1952, limite par la loi le don de plasma à 24 par an, chiffre qu’en réalité personne n’atteint. Or aux USA, dans les quartiers déshérités ou à la frontière mexicaine, des marginaux, des pauvres peuvent vendre leur plasma sanguin 120 fois par an (cent vingt !) 2 a 3 fois par semaine !

L’objectif du Don, c’est de soigner les malades. La raison d’être des sociétés marchandes, c’est de faire du profit pour les actionnaires sans craindre d’altérer la santé de celui qui vend une partie de lui-même.
Le débat éthique porte donc sur la dignité humaine.

Jean-Pierre BASSET
Militant du Don du Sang, Valence