Etats-Unis : la nouvelle mouture de la loi sur la couverture santé adoptée

jeudi 8 avril 2010
par  PCF Drôme

Aussitôt dit, aussitôt fait le Congrès des Etats-Unis a voté jeudi 25 mars, la nouvelle mouture de la réforme du système de sante. Un nouveau vote rendu nécessaire par une irrégularité de procédure lors de la première adoption.
La nouvelle version modifie l’accès à l’assurance avec des aides plus larges et améliore le financement de la couverture maladie des personnes âgées (Medicare) ou pauvres (Medicaid).

Le texte finalement adopté conserve les grands traits de la loi :

- obligation d’avoir une assurance santé - avec des aides pour ceux qui ont des revenus insuffisants -,

- interdiction pour les assureurs de résilier le contrat en cas de grave maladie et d’arguer d’un problème de santé préexistant pour refuser les remboursements.

- Les entreprises devront proposer une couverture santé - et auront des réductions d’impôts pour cela - ou payer des taxes.

Dans le contexte de l’accès à la santé aux Etats-Unis, la loi comporte bien des dispositions positives pour la population et limite certains abus des assureurs.

Mais nombre de dispositions importantes ont été abandonnées, notamment la création d’une caisse publique pour gérer toutes ces cotisations. Ce qui aurait pu permettre aux sommes collectées d’échapper à la logique du marché.

Une autre critique porte sur les délais d’application du nouveau système qui ne sera finalise qu’en 2014.

Enfin, la loi n’autorise pas les autorités à limiter les primes d’assurances ou les tarifs des soins.

Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’une partie des labos et des assureurs soient favorables - après l’avoir longtemps combattu - à un texte qui
leur apporte une « nouvelle clientèle » de plusieurs millions de personnes en échange de contraintes modérées.
L’agence Reuters relevait ainsi (22/03/2010) que le secteur de la santé avait progressé de 2 % en Bourse à la veille du vote de la loi, et de 1 % de plus le lendemain.