Dossier retraites : Le principal champ de confrontation avec la droite

mercredi 7 avril 2010
par  PCF Drôme

Malgré le rejet de sa politique aux élections régionales, la journée d’action du 23 mars, Nicolas Sarkozy a déclaré « rien ne serait pire que de changer de cap » ( quid de la démocratie).

Et de prôner une politique rejetée par une majorité de français « nous devons continuer d’alléger nos charges sur le travail et sur l’investissement, nous devons continuer à refuser toute augmentation d’impôt » Et en ce qui concerne les retraites, il a promis qu’avant six mois, la réforme serait adoptée.

Le président est comme les autres chefs d’Etat de l’Europe, sous la pression des institutions financières. Après avoir trouvé des milliards pour sauver les banques, il veut faire payer les déficits aux seuls salariés en allongeant la durée des cotisations et en baissant le niveau des retraites.

Au Conseil national du PCF de ce week-end, à la question : la gauche sera-t-elle porteuse d’une alternative de réelle rupture ? La réponse : Cela dépendra, pour une part décisive de la capacité du PCF et du Front de Gauche à mettre en débat dans la société, des propositions aux contenus transformateurs.

Pour Pierre Laurent, les communistes entendent mener sur la question des retraites une bataille d’envergure : une campagne d’explications et d’actions comparable à celle de 2005, sur le traité constitutionnel européen : « ouvrons les dossiers avec les citoyens, créons partout des comités, organisons des débats publics, déployons les cadres unitaires qui se mettent en place »

Cette mobilisation est d’autant plus nécessaire qu’à gauche des voix se font entendre pour accepter un allongement des cotisations.

Il y a urgence à amplifier les combats sociaux dans lesquels aucun changement de rapport des forces ne se produira ni contre la droite, ni à l’intérieur de la gauche.

Yvonne ALLEGRET