Fragiliser le service public petite enfance pour le privatiser

lundi 29 mars 2010
par  PCF Drôme

Le CLAE (Centre de Loisirs Associé à l’Ecole) Maurice Ravel, à Valence a été le premier créé à Valence en 1977. Son objectif accueillir les enfants de 3 à 6 ans, en dehors des heures de classe, cinq jours par semaine, y compris les vacances scolaires de 7à 19h.

Dans l’intérêt et le bien être des enfants, le personnel d’encadrement de la petite enfance et les institutrices de l’école maternelle ont travaillé en étroite coopération pour que les activités du CLAE soient complémentaires et non concurrents, pour l’organisation du temps de repos tienne compte des deux modes de vie des enfants.

La municipalité à veillé à recruter un personnel qualifié, en nombre suffisant, et à assurer une formation permanente.
Très vite les inscriptions ont explosé. Les Comités de parents ont agit pour la création de nouveaux équipements. Valence était dans ces années la seule ville de la Drôme à avoir de telles structures.

Le sarkozysme veut y mettre un terme.
L’inspecteur d’Académie refuse l’inscription des enfants non domiciliés dans le quartier en contradiction avec les décisions gouvernementales de supprimer les « secteurs scolaires ».
Les familles habitant un quartier où les écoles sont classées en ZEP ont le droit d’inscrire les enfants dans une autre école. Pas les familles d’un autre quartier, pourquoi ?
En fermant une classe, l’inspecteur d’académie fragilise cette école et dans le même temps le CLAE. Il met en demeure la municipalité de réduire le nombre d’agents, de porter ainsi atteinte au service public de la petite enfance.

En 2010 l’école et le CLAE de fontbarlettes sont touchés. Mais pourquoi cette politique s’arrêterait-elle à une seule école et un seul CLAE ?
Le gouvernement veut progressivement supprimer l’école maternelle… N’est-ce pas une étape dans la politique annoncée de création de « jardins d’éeveil » en remplacement des écoles maternelles et des structures municipales de la petite enfance ? Que dit et que fait la municipalité ?

Yvonne ALLEGRET
Adjointe aux affaires sociale de la Ville de Valence de 1977 à 1995