RETRAITES : Grèce, Espagne, France, les travailleurs entrent en résistance

mardi 9 mars 2010
par  PCF Drôme

En Grèce, en Espagne, les gouvernements socialistes donnent des gages aux marchés financiers en projetant de porter l’âge de la retraite à 67 ans. Avec comme arguments comme en France : l’allongement de la durée de vie, les difficultés de la crise. Et passent sous silence le fait que 25% des jeunes grecs et 44% des jeunes espagnols sont sans emploi.

Pour des dizaines de millions de gens en Europe l’aspiration n’est pas au recul de l’âge de la retraite, mais d’y parvenir dans les meilleurs conditions possibles. Plusieurs dizaines de milliers ont manifesté en Espagne fin février.

Le syndicat UGT appelle à une mobilisation nationale jusqu’au 6 mars. La Grèce a connu elle aussi de puissantes manifestations.

Compte tenu de la campagne électorale des régionales, le gouvernement a repoussé le débat.

Martine Aubry, secrétaire du Parti socialiste, Daniel Cohn Bendit animateur « d’Europe Ecologie » ont rendu un mauvais service aux salariés, aux chômeurs, aux jeunes, en ouvrant une possibilité de repousser l’âge légal de départ à la retraite à 61 ou 62 ans.

Soutenir les candidats de la liste « Ensemble pour des régions à Gauche, solidaires, écologistes et citoyennes » qui exigent une politique de création d’emplois, d’augmentation du pouvoir d’achat, une réforme du financement qui mette à contribution les revenus financiers des entreprises et des banques, c’est se donner les moyens pour que les régions deviennent des pôles de résistances aux politiques antisociales du sarkozisme.

Yvonne ALLEGRET